Accueil CULTURE Caleb Ngaba chante la main sur le cœur pour les femmes enceintes...

Caleb Ngaba chante la main sur le cœur pour les femmes enceintes et vulnérables

565
0
PARTAGER

Le Selesao Restaurant Lounge du quartier Sabangali, a connu une ambiance particulière ce vendredi 30 novembre 2018. Une soirée caritative en faveur des femmes enceintes et vulnérables initiée par l’artiste auteur-compositeur, chanteur et interprète Caleb Ngaba sous le thème « Sois les mains d’espoir ».

Geneviève Matibeye ©Saomagazine

Une soirée destinée à toucher les cœurs des personnes présentes pour les amener à épouser cette cause d’humanité et de solidarité à l’égard de la femme porteuse de la vie. Pour se faire, il s’est entouré de quelques artistes acquis à cette cause pour mieux agrémenter la soirée. C’est l’artiste Geneviève Matibeye qui a ouvert la soirée en chanson; répondant à la circonstance de la soirée, elle a chanté l’enfant, elle a chanté la femme. L’initiatrice du projet musical des « pleureuses » a pleuré la femme mère de l’humanité, porteuse de la vie.

Dr Habsita témoigne ©Saomagazine

Sa prestation a laissé place ensuite au témoignage de docteur Habsita Mahamat, partie à cette initiative qui a exhorté les personnes bénévoles et bienveillantes à adopter des attitudes transformatrices envers les personnes vulnérables et défavorisées. Il est important selon elle de donner à ces personnes des outils pour améliorer leurs capacités de vie. c’est pourquoi il est prévue une formation en diététique, en alimentation de base pour le nourrisson et la femme enceinte. Une formation qui pourra réduire considérablement les risques de voir des nouveaux nés souffrir de malnutrition.

L’artiste Xena ©Saomagazine

Après ce témoignage chargé d’enseignement, c’est l’artiste gospel Xena accompagnée de son chœur qui a tenu la scène et dans le même registre elle a chanté la femme, elle a loué l’Éternel pour la merveille qu’est la femme et pour le miracle qu’est la vie. C’est la femme qui donne la vie.

Caleb Ngaba ©Saomagazine

l’artiste Caleb est ensuite monté sur la scène pour sa première prestation avec un hymne à l’amour avec le titre « Je te yamo » (je t’aime en argot). Un titre soul/Rnb mettant bien en exergue toute sa maîtrise vocale. Il a enchaîné avec le titre « Maman » un hommage sincère et touchant à la mère, pour lui dire merci pour la vie donnée, merci pour ce plus beau des cadeaux. Il nous a ensuite invité à nous interroger sur la vie après la mort… un appel à l’humanité, à la solidarité, à ne pas rester insensible aux souffrances de la vie.

Samira des Gazelles du Sahel avec son tableau ©Saomagazine

Une vente aux enchères de tableaux offerts pour la cause par les artistes Lty et Gamal a eu lieu et des personnes bienveillantes ont mis la main à la poche pour l’acquisition desdits tableaux. D’abord Samira directrice des Gazelles du Sahel qui a acquis le tableau de l’artiste Lty pour 75 000frs CFA. Un tableau représentant une femme enceinte avec l’Afrique en fond.

Génération ABCD avec leur tableau ©Saomagazine

Le deuxième tableau de l’artiste Gamal représentant une femme en pleur tenant son enfant est acquis par la Génération ABC pour 50 000frs CFA. D’autres tableaux seront aussi acquis par le Sélésao Concept. D’autres dons plus anonymes ont été faits via les enveloppes posées sur chaque table pour permettre à chacun de participer à cet élan de solidarité.

L’artiste Caleb Ngaba est revenu sur scène pour clôturer cette soirée, sans oublier tout d’abord de remercier tous les partenaires qui l’accompagne dans cette aventure qui ne fait que commencer. Il invite ces collègues artistes à faire de la musique un levier de développement durable. Caleb Ngaba a décidé de faire la musique qui avant tout touche les cœurs et éveille les consciences.

Sois les mains d’espoir ©Saomagazine

Même si les objectifs en terme de levée de fonds sont loin d’être atteints, l’équipe de Caleb et du Dr Habsita commenceront dès le mardi 2 décembre 2018 un ciblage de 10 femmes enceintes et/ou allaitantes vulnérables dans les hôpitaux Notre Dame des Apôtres et Hôpital de Guinebor.

Facebook Comments