Accueil CHRONIQUES FESMOTT : le nouveau-né de la mode et fashion tchadien

FESMOTT : le nouveau-né de la mode et fashion tchadien

633
0
PARTAGER

Durant trois (03) jours, le public de la capitale du pays de Toumaï a assisté à la naissance d’un nouveau rendez-vous de la mode : FESMOTT, le Festival de la Mode et des Traditions Tchadiennes. Entre cérémonie, rencontres, ateliers et défilés, l’on a pu apprécier à sa juste valeur cette nouvelle présentation qui vient garnir un peu plus les rdv tchadiens de la mode.

Hissein Adamou Camara, promoteur de Fesmott ©Saomagazine

Selon son promoteur le couturier styliste Hissein Adamou Camara, le FESMOTT a été créé pour « réveiller la mode au Tchad » ; de quel réveil parle-t-on ? est-ce celui des couturiers et stylistes tchadiens ? est-ce celui des mannequins qui sont les supports sur lesquels s’exprime la créativité des stylistes ? est-ce celui des potentiels acteurs et partenaires censés soutenir cet autre véhicule de la culture ? Le questionnement reste entier. Nous allons néanmoins relever dans cet analyse les points marquants de cette autre célébration de la mode.

3ème sommet du GX Africans Designer couplé à la 1ère édition du Fesmott

Mme la ministre de la culture entourée des mannequins de Fesmott ©Saomagazine

Des couturiers qui se sont mis ensemble et, comme nos Chefs d’Etat ont formé un GX, l’Association Fédérale des Stylistes et Créateurs de Mode Africaines pour donner plus de poids et d’envergure à leur métier et aussi de manière forte amener les gouvernements à leur prêter main forte dans l’organisation de leurs activités. Voilà en bref, ce qu’est le GX et c’est ainsi que l’on a pu voir de fortes délégations venues d’autres pays tels que le Guinée Equatoriale, le Cameroun, le Burkina Faso, le Gabon, le Congo, la Côte-d’Ivoire et bien d’autres venir mettre plus de couleur et de variété à cette messe de la mode et des traditions tchadiennes. Le sommet s’est tenu à la suite de la cérémonie d’ouverture qui a eu lieu au Radisson Blu Hôtel de N’Djaména.

Avec sept (07) ateliers programmés, une volonté de bien faire affichée

Sept ateliers programmés sur deux jours, voilà un marathon qu’il fallait oser ; Coiffures et tresses, la marque de mode, gestion efficace d’un atelier de couture, Make-up, Photographie et shooting de mode, techniques de couture, teinture et choix de couleurs et tissus etc. tout était pensé, restait à voir si tout ceci était faisable dans la limite du temps imparti et au regard de la consistance de chacun de ses modules de formation. Certains ateliers ont cependant bien eu lieu grâce surtout à l’apport des Ets. BCBG qui ont mis à contribution ses locaux, ses équipements et son personnel.

Un défilé éclectique entre tradition et modernité

Les créateurs qui ont garni le grand défilé du samedi 27 octobre 2018 au Hilton Hôtel de N’Djaména ont chacun mis une touche particulière à ce défilé. Toutes les matières ont eu leur moment tout au long du défilé. 23 stylistes pour environ une cinquantaine de mannequins, la soirée a été vraiment longue. Les stylistes tchadiens à l’instar de Zenab Couture, Karima Style, Douala Couture, Mito, N’Taph Design, et Golbe ont fièrement représenté le Tchad au milieu des stylistes venus d’ailleurs. Des créations originales autant dans la présentation que dans les finitions, il va s’en dire que le Tchad a de dignes ambassadeurs en matière de mode. Lady B la pionnière du hip hop au féminin qui séjourne actuellement à N’Djaména dans le cadre du Woman Entrepreneurship Days qui se tiendra du 1er au 04 novembre (nous y reviendrons), P-Sang et Bouchra Alio, ont assuré les intermèdes de ce grand défilé. On peut remercier les organisateurs d’avoir sorti certains de leur sommeil artistique.

Un mini défilé de plaisance au restaurant lounge Selesao de Sabangali

Défilé au Selesao ©Saomagazine

En clôture du festival, un mini défilé de plaisance mais surtout de reconnaissance a eu lieu au Selesao restaurant Lounge de Sabangali, en remerciement au responsable de cet établissement pour le soutien inestimable qu’il a apporté à ce nouveau-né. Une soirée récréative durant laquelle les habitués du Selesao ont pu apprécier quelques créations des stylistes. C’était aussi le lieu pour le gouverneur GX Tchad M. Hisseine Adamou Camara de dire merci à toutes les forces vives, visibles et invisibles et même distraites qui ont fait d’une idée qui a longtemps germé dans sa tête une réalité.

le gouverneur du GX Tchad, la Ministre de la Culture et le Président du GX Africans Designer ©Saomagazine

La mode et le fashion du 235 vient donc ainsi de voir naitre un nouvel enfant, plein d’énergie, d’ambition et de créativité qui doit se frayer un chemin entre un autre festival Kelou Fashion et la désormais fashion week n’djaménoise Saamha. Tout ceci participe à l’enrichissement et la diversité de la mode tchadienne à quoi il ne faudrait pas oublier d’encadrer tout ceci de règles de déontologie et d’éthique. La mode étant culture, et la culture étant le véhicule par excellence des mœurs et surtout de nouvelles mœurs, il faudrait que le pays de Kelou définisse son filtre pour maitriser quelles valeurs transmettre à travers cet art/métier qui prend de plus en plus de l’ampleur.

Facebook Comments