Accueil CONCERT Le show live de Moussa Aimé au Concept : un régal de...

Le show live de Moussa Aimé au Concept : un régal de mélodies

705
0
PARTAGER

Dans une dynamique de relance et de refresh, le Snack Bar Concept a mis à profit son esplanade en y faisant construire un podium qui depuis quelques temps maintenant accueille des artistes pour des shows live les weekends. Ce samedi 22 septembre 2018, c’est Moussa Aimé qui était à l’honneur  et pour l’occasion il a concocté une programmation digne de son talent vocal et de la polyvalence artistique qu’on lui connait.

Le concept ce samedi c’est plus de 400 personnes assises face au podium qui sont venues passer du bon temps entre amis et bibines et bien sûr écouter les mélodies et les reprises à la sauce Moussa Aimé. La proposition de Moussa Aimé était riche et variée, enchaînant titres dansants et mélodies jouant avec plusieurs registres musicaux dont il a la maîtrise.

Moussa Aimé sur la scène © Saomagazine

Le show a débuté avec le titre « Qui va changer », pour s’étendre en zouk sur le titre « Ne commence pas » , débouchant ensuite sur son fameux « Darna mafi waranass »  et enchaîner avec « Africa unissons-nous », car bien qu’ayant des capacités vocales exceptionnelles, Moussa Aimé reste un artiste aux textes très engagés. Il faut dire qu’il sait s’y prendre en matière de live pour ce jeune homme qui a passé presque toute sa jeune carrière derrière et devant la scène. Le titre « quand quelqu’un laisse » n’a fait que confirmer que Moussa Aimé est un homme de scène.

Mariam sur une reprise de « Diplôme » de Josey © Saomagazine

Un show live de Moussa Aimé c’est aussi des reprises originales de grands classiques d’autres artistes et ce fut le cas lors de cette soirée avec le titre « I am a lion » de Mawndoé pour lequel il n’a jamais caché son admiration. Un clin d’œil au Cameroun avec une reprise du grand et de regretté mémoire Tchana Pierre du titre salsa « Va-t’en » ; un premier détour en Côte d’Ivoire avec une revisite du hit « Diplôme » de Josey en featuring avec Mariam du groupe Matania qui a mis le public en ébullition.

Sultan encourageant Moussa Aimé © Saomagazine

Le temps d’une pause, le big Sultan est monté sur la scène pour remonter le temps avec le public et aller retrouver son classique « enfant soldat ». Comme la veille au concert de Daisson à l’IFT, Sultan a incité le public à toujours soutenir leurs artistes, en achetant leurs œuvres, en les suivant sur les réseaux sociaux, à aimer leurs vidéos sur les plateformes digitales car ils ont besoin de cette notoriété locale pour pouvoir s’exporter à l’internationale.

Bad Beach Man sur le podium © Saomagazine

Après Sultan c’est au tour de l’incontournable et omniprésent Bad Beach Man de prendre le podium en otage pour un petit show à la Hardaway. Le roi des handicapables comme il se fait appeler a aussi à son tour interpelé le public sur l’importance d’assister à des shows où l’entrée est payante. Payer pour assister aux shows des artistes c’est aussi leur permettre de mieux vivre de leur art.

Geneviève Matibeye sur la scène © Saomagazine

Le rossignol Geneviève Matibeye a aussi participé au show malgré qu’elle soit actuellement occupée par son atelier de création « Mon paah », elle est venue apporter son soutien à Moussa Aimé, lui qui a toujours répondu présent à ses sollicitations.

De retour sur la scène, Moussa Aimé a enchainé : « Mami Wata », « où est la magie », « Série C » d’Espoir 2000 etc. Pour le show commencé à 20h, trois heures plus tard le public était toujours présent et toujours autant survolté, chose rare pourtant. Ce n’est surement pas la qualité des boissons qui a maintenu le public aussi longtemps sur place, c’est simplement l’expérience de Moussa Aimé.

Aperçu du public © Saomagazine

Ce show live de Moussa Aimé vient le confirmer comme étant un artiste de scène, qui s’est où et comment amener le public. Sa maîtrise et sa puissance vocale, multi-instrumentiste, humble et serviable, autant de qualité qui ont conféré à ce jeune le statut qui lui est propre aujourd’hui. Car, comme le reconnait ses collègues artistes il est toujours là quand on a besoin de lui et nous lui devons bien d’être aussi là pour lui.

Facebook Comments