Accueil CONCERT Nac le Xenopi, Lydol, Lady B, Lincy, Bokal et KKJ ouvrent le...

Nac le Xenopi, Lydol, Lady B, Lincy, Bokal et KKJ ouvrent le bal des spectacles au village artistique de la CASP.

544
0
PARTAGER

Comme l’on commence à s’y habituer, L’espace culturel Talino Manu de Moursal ne chôme pas en cette période de fin d’année à N’Djaména durant laquelle le climat est plus clément et plus doux. Le village artistique de la Coupe d’Afrique de Slam Poésie (CASP) s’y est donc installé. Si l’on peut regretter le fait que les prestations artistiques aient commencé très tardivement alors que le village était déjà bondé de monde depuis 18h30, l’on a cependant eu droit à un spectacle de bonne qualité.

Ebah Essongue, présentateur ©Saomagazine

Sous la présentation cette fois de Ebah Essongue en solo, les artistes programmés pour ce spectacle d’ouverture étaient présents à quelques exceptions près. Une fois la présentation faite de ceux qu’il a nommé « le slam Band » c’est-à-dire les musiciens qui vont accompagner les artistes durant toutes les prestations programmées pendant toute la CASP, c’est le champion tchadien 2016 de slam Nac le Xenopi qui a ouvert la soirée.

Nac le Xenopi sur scène ©Saomagazine

Nac le Xénopi dans son style bien à lui a ouvert les hostilités de en déclamant les réalités tchadiennes entre autres les échecs des politiques gouvernementales, dans la manipulation des mots pour parler de ces maux qui se cachent derrière les concepts de « Tchad fort et émergent » avec tout ce qui va avec. Le rêve du « Tchad nouveau » jusqu’au parcours de désillusions de « Rimté le petit fonctionnaire », hier grand étudiant.

Lydol sur la scène ©Saomagazine

Après une déclamation des réalités tchadiennes du Xénopi, place à une déclamation émotionnelle de la belle Lydol, slameuse camerounaise que le monde a découvert il y’a quelques années à la compétition l’Afrique a un incroyable talent. Spontanéité est ce qui qualifie le mieux cette slamazone qui nous surprend à chacune de ses prestations en adaptant ses textes au public en face. Elle a slamé d’abord son amour inconditionnel et incontrôlable pour son gars qui s’appelle slam. Elle s’est remémorée une lettre écrite à un ami alors que son pays le Cameroun est déchirée par une guerre civile et que naissent un peu partout des foyers de tensions tribales. Elle a slamé ses peurs, des craintes, ses douleurs et ses espoirs.

Lady B sur la scène ©Saomagazine

Une camerounaise pouvant en cacher une autre la figure emblématique du hip hop camerounais au féminin qui a posé ses valises sur la terre de Toumaï depuis les Woman Entrepreneurship Days Lady B a emboîté le pas à Lydol. Un saut vertigineux vers du rap, reggae-rap à la Lady B. « Libérez, africains libérez-vous » un hymne à une indépendance vraie des pays africains, un hommage à tous les martyrs africains. La bombe d’énergie est lancée dans son rap énergique très engagée. Une prestation encore plus endiablée que celle qu’elle nous a servi lors des Woman Entrepreneurship Days. Elle est descendue du podium en laissant le public survolté, un survoltage que le prochain artiste devait maintenir et qui de mieux placée que Lincy pour répondre à l’énergie d’une Lady B ?

Lincy sur scène ©Saomagazine

C’est une Lincy feignant la timidité qui débarque sur la scène, se demandant et demandant au public que faire après le passage d’un tel ouragan qu’est Lady B… Il fallait donc prendre son élan et elle l’a pris avec son titre « C’ pas du game » dans une version soul à laquelle elle nous a habitué. De quoi tromper la vigilance du public. Mais elle ne faisait que reculer pour bondir telle une tigresse. Elle a donc mis le public dans « l’impasse », le classique qui l’a révélé au public tchadien et qu’elle sait revisiter à chaque fois en le rendant plus actuel. La vitesse de croisière était atteinte. Un medley d’une reprise de « Napesi » de Makoma  et de son single « Mariage » avec le plus tchadien des congolais Kolby au chœur. Des déhanchées spectaculaires ont accompagné cette version reggaeton qui n’a pas laissé le public indifférent. Lincy a mis le feu !

Bokal sur scène ©Saomagazine

Un feu que le rappeur, arrangeur et Beatmaker Bokal se devait de maintenir. Celui qu’on présente comme le lover-rappeur a fait son entrée en slamant l’intro de son dernier album «amour au champ de bataille ». Il a enchaîné avec du rap love « mon bb pourquoi tu me fais ça ? »  La question est rappée, par le Bokal. Il est monté avec énergie avec son cri sur les filles qui mangent et boivent et ne veulent pas rentrer avec… en guerre contre les filles qui escroquent alors. Il a fini sur le titre « Anita »  encore du rap love qu’il a commis il y’a un an en featuring avec Elete. Pour l’occasion c’est Kolby qui l’accompagnait sur le titre qui a fait danser beaucoup d’Anita dans le public.

KKJ sur la scène ©Saomagazine

C’est l’homme qui se fait appeler KKJ l’Omniprésent qui est venu donner le coup de grâce à cette belle première soirée de prestations. L’homme à la mitraillette vocale a tout mitraillé : la musique, le podium, le public, même son backeur n’arrivait presque pas à suivre. Quoiqu’il en soit, ce mercredi 7 novembre, après les premiers matchs de poule de la CASP, l’on se retrouvera encore au ballet cette fois ci pour un show de DJ, danseurs et les prestations du désormais célèbre N2A Teguil, le Général Massood et toute la team Preston Concept Records au complet.

Facebook Comments