Accueil CHRONIQUES Quelle est la place des festivals dans la carrière d’un artiste musicien?

Quelle est la place des festivals dans la carrière d’un artiste musicien?

169
0
PARTAGER
Caleb Rimtobaye au festival Dary ©Saomagazine

Les festivals, il en existe en quantité industrielle dans chaque pays d’Afrique, au Tchad en particulier, nous en avons beaucoup, dans l’amalgame d’identité, nous avons même qui ne tiennent que sur une seule journée et qui ne proposent pas un contenu spécifique ou même varié. Cependant, nous ne parlerons pas des festivals « locaux » mais plutôt de ceux qui se tiennent hors de nos frontières car ils sont les plus prisés par nos artistes.

On reviendra peut-être une autre fois sur les festivals « locaux » qui sont justement pour la majorité des fourre-tout auxquels l’on se saurait donner une identité. Des manifestations culturelles auxquelles les artistes prennent part par défaut la plupart du temps ou alors selon des critères laissés à l’appréciation des seuls organisateurs, au détriment de vouloir offrir au public un événement ayant une identité artistique « visible ».

Quel festival pour quel artiste?

Il existe plusieurs types de festivals culturels et/ou artistiques; il y’en a cependant qui ne souffre d’aucune ambiguïté: Un festival de slam, c’est avant tout les slameurs, un festival de rap, c’est avant tout les rappeurs, un festival de musique urbaine bon… là-bas ils ont encore du mal à définir les frontières donc c’est encore très compliqué. Pour ce qui est du choix d’un artiste à être à tel festival et pas à tel (oui parce qu’il faut savoir aussi faire de bon choix), tout est dans les objectifs visés et aussi dans la démarche de participation.

La différence entre un artiste invité et celui qui a candidater à un appel…

Il y’a souvent deux manières « officielles » de se retrouver à un festival: soit les organisateurs vous invitent. C’est la plupart du temps le cas dans les festivals populaires où l’objectif est avant tout de rassembler le plus de monde possible. On va donc miser sur les artistes populaires, ceux qui produisent la musique industrielle (fast food music), qui sont les stars de Trace TV etc… avec des cachets conséquents bien-sûr. Ils se reconnaîtront peut-être.

Il y’a maintenant les artistes qui répondent à un appel à candidatures; ils sont ceux qui sont recherchés par les festivals de création et/ou de recherche artistique. Ils produisent une musique atypique, identitaire, celle qui surprend l’ouïe (la musique bio hein) et qui est consommée par un cercle souvent fermé de connaisseurs et d’amateurs d’une musique intemporelle. Ces festivals sont des vitrines qui permet la circulation et la diffusion de leur musique à travers des réseaux et des canaux bien précis auxquels ils auront désormais accès.  Si jusqu’ici ce n’est pas clair, alllons-y à l’essentiel donc.

L’artiste de la fast food music avec les festivals populaires

Pour un artiste de musique urbaine, les festivals ne représentent pas grand chose, si ce n’est de produire sa musique à quantité industrielle, de manière à ce qu’elle soit consommer à grande échelle et ainsi se voir inviter sur des festivals populaires et toucher des cachets trébuchants. Le plus difficile pour nos artistes urbains du pays Toumaï est encore d’arriver à répondre à la demande et surtout de franchir les frontières de Toumaï avec cette musique qui se consomme et se digère sur un temps très court. Arriver à avoir donc la popularité qui donne droit à un cachet conséquent reste donc très difficile. Le chemin est encore très long pour eux. Tant mieux, ils sont jeunes et nombreux.

l’artiste de musique bio avec les festivals de création et de recherche artistique

Il y’a aujourd’hui beaucoup de festivals avec de gros moyens financiers et des réseaux importants qui sont ouverts à ce type d’artistes. Seulement, à l’artiste de savoir si ça musique est sa musique est bio ou bourrée d’OGM. Le souci est que, pour la majorité, leur cœur balance entre « faire de bonne musique » pour des oreilles averties ou faire « le bruit à la mode » qui séduit les corps alcoolisés et stimule les instincts libidinaux. Pour cette minorité qui reste dans la recherche et la création artistique. Ces festivals représentent de véritables opportunités de pouvoir toucher le public adéquat, les mécènes adéquats et mêmes les producteurs adéquats.

Il y’a quelques génies qui arrivent à bien se faufiler dans les deux univers, qui arrivent à servir tout type de public avec leur musique. Ils sont capables de proposer autant les produits de grande consommation que des produits destinés à une élite. Chapeau bas à ceux là. Pour ce qui est de la place que prendront les festivals dans la carrière d’un artiste, tout dépend des objectifs que l’artiste se fixe lorsqu’il participe à un festival et comment il arrivera à capitaliser ses rencontres, ses prestations scéniques. Pour ce volet là, referez-vous aux managers artistiques.

 

Facebook Comments